Appareils auditifs : nouveautés et innovations technologiques 

Applications qui mesurent l’activité cérébrale, prothèses auditives à taille réduite, détection et alerte de chutes, appareils rechargeables… grâce aux innovations technologiques, les appareils auditifs ne cessent d’évoluer. Ainsi, plus le temps avance, plus il est aisé de bénéficier des avantages d’un équipement auditif, sans inconvénient.

Comment les technologies auditives ont-elles évolué dans le temps ?

Saviez-vous que la naissance de l’équipement auditif remonte à l’Antiquité ? A cette époque, en guise de prothèse auditive, on se servait d’un coquillage, qui permettait de diriger les sons vers l’oreille. Heureusement, avec le temps et les progrès technologiques, les coquillages sont restés sur la plage. L’apparition de l’électricité vit ainsi la naissance des premiers Sonotones, en 1929, basés sur le fonctionnement d’une radio. Une aide développée jusqu’en 2005, soit durant 76 ans ! Il fallut toutefois patienter jusqu’en 1950 pour gagner en mobilité, grâce aux Sonotones mobiles. Malgré des batteries aux tailles encombrantes, qu’il fallait ranger dans les poches de son pantalon, ils représentent une révolution dans le monde des aides auditives.  

 

Dès 1952, les prothèses auditives gagnent en confort et en mobilité, avec l’arrivée des contours d’oreille, des lunettes auditives en 1954 et de l’intra auriculaire en 1975. Conçu par le fabricant Starkey, il a la particularité de se placer directement dans l’oreille, et se fait plus discret. Enfin, dans les années 80, une innovation majeure fait son apparition : l’amplificateur bicanal, qui permet de régler le volume ou l’intensité des fréquences. Désormais, l’amplification des sons faibles et la réduction des sons forts sont donc automatisées. 

Les années 1990 apportent, elles aussi, leur lot de nouvelles technologies, avec les premiers appareils auditifs numériques. Équipés de microprocesseurs, ils sont capables de traiter le son apporté par le micro plusieurs milliers de fois, et analysent l’environnement en temps réel. Chaque décennie est synonyme de nouveauté. Les années 2000 ne dérogent pas à la règle, avec l’apparition des mini contours d’oreilles, en 2004. Grâce à la miniaturisation des composants électroniques, les appareils auditifs sont ainsi de plus en plus discrets, légers et performants. Enfin, en 2014, une nouvelle ère est inaugurée, celle de la connectivité.

Les innovations au service de la qualité audio 

La Technologie Bluetooth 

Grâce à la technologie Bluetooth, les appareils auditifs sont en mesure de se connecter à de nombreux accessoires pour vous permettre de téléphoner, de regarder la télévision ou d’écouter de la musique…

Attention! 

La technologie Bluetooth nécessite encore quelques années de recherche. Le Bluetooth Consortium travaille activement à un protocole spécifique aux aides auditives : Le Bluetooth Low Energy (BLE). Pourquoi ? Car le Bluetooth, dans sa configuration de départ, consomme trop d’énergie comparé à celle que peut fournir une aide auditive (qu’elle soit alimentée par piles ou même par batteries Lithium Ion). En effet, plus les aides auditives sont capables de connectivité, plus elles sont susceptibles de se décharger rapidement. Le meilleur exemple reste la consommation de vidéo ou de contenus audio en streaming. Après 2 à 3 heures, l’autonomie d’une aide auditive diminue en général de 25%. Ainsi, de 24h par jour, un appareil voit son autonomie passer à 16h. Ce qui n’est évidemment pas optimal !  

De plus, les Smartphones fonctionnant grâce au système d’exploitation Android et qui sont dotés du Bluetooth, ne sont pas toujours compatibles avec les aides auditives du marché. Des protocoles spécifiques doivent être développés par les fabricants de smartphones.

 

Types de troubles auditifs Audioprothésiste

Les innovations au service du confort et de la praticité 

Grâce aux algorithmes et à l’intelligence artificielle, il est désormais possible d’aspirer à des prouesses technologiques sans précédent. L’ensemble des fabricants travaillent dans le même objectif : atteindre la compréhension parfaite dans un environnement bruyant. Ainsi, le traitement du signal des neurones profond, selon l’extraction des données vocales des informations, va permettre d’appliquer des traitements du signal spécifique.  

L’intention d’écoute, la vision, la visée et l’objectif sont des concepts sur lesquels les fabricants se penchent de plus en plus. A terme, le but est d’utiliser des dispositifs d’électroencéphalographie – il s’agit d’un examen permettant d’enregistrer l’activité électrique du cerveau grâce à des électrodes placées sur le cuir chevelu – afin d’utiliser l’activité cérébrale qui va communiquer des informations sur l’endroit où une personne veut entendre. Aujourd’hui, des algorithmes sont présents dans les aides auditives qui commencent à utiliser ce type de dispositif.  

Par exemple, les dispositifs vont pouvoir non seulement tenir compte des environnements, mais également des intentions d’écoute. Ainsi, dans la rue, il sera possible de se concentrer sur la volonté de comprendre la personne avec laquelle un individu est en train de se promener dans une rue circulante. Puis, à d’autres moments, en cas de balade solitaire, il pourra se préserver du bruit.

Des applications anti-acouphènes sur mesure 

Toujours dans une dimension audiologique, il faut savoir que les solutions anti-acouphène sont de plus en plus évoluées, personnalisables. Il est également possible d’atténuer les acouphènes grâce à son téléphone portable. Des applications de type “bien-être” ont été conçues pour se relaxer, notamment à travers des paysages sonores apaisants. En plus de ce programme, de nombreuses informations sont recensées sur ce trouble, pour mieux le comprendre, et le traiter. A ces fins, il est souvent possible, à travers les applications de ce type, de localiser les professionnels de l’audition près de chez vous. 

Une application toujours plus personnalisée 

L’application Thrive, développé par le concepteur Starkey, permet d’aller plus loin dans l’accompagnement des utilisateurs de prothèses auditives. Pour en savoir plus sur cette technologie : https://www.maitre-audio.fr/blog/quels-accessoires-associer-a-un-appareil-auditif 

L’appareil auditif de demain, à quoi ressemblera-t-il ?  

 La réalité augmentée 

Au-delà de l’audition, de nombreux fabricants travaillent sur l’ergonomie, la convivialité, et toutes les fonctionnalités de connectivité évoquées ci-dessus, d’apports complémentaires qui sont du domaine de la réalité augmentée. L’audition et l’oreille sont le siège de beaucoup de relations à la santé en général, comme l’équilibre, et bien sûr la cognition. Ainsi, les pistes ouvertes par les fabricants sont la mesure de certains signes vitaux au niveau de l’oreille. Il n’est pas fantasque d’imaginer dans des projections futuristes que les aides auditives puissent mesurer ou monitorer des données de santé. Par exemple, aujourd’hui, on mesure l’activité cérébrale à travers l’usage que fait l’utilisateur de l’aide auditive. Mais on peut également mesurer très précisément le rythme cardiaque au niveau du conduit auditif. Grâce à des capteurs auditifs, la mesure du niveau de stress, de la température ou du rythme cardiaque sont des données de santé qu’on peut imaginer être présentes dans les futures générations de solutions auditives. Ainsi, dans un futur proche, mesurer l’activité cérébrale ou avoir des capteurs suffisamment puissants pour capter l’activité cérébrale est une perspective plus que tangible, tout comme la mesure ou le monitoring de certains signaux biométriques, comme le rythme cardiaque, afin de faciliter le quotidien des gens.

Publié le 18/11/2021 par (dernière mise à jour le 02/07/2023)

Posez votre question


Vous recherchez
un Maître Audio ?